Optimiser son argent pour gagner plus

J'aide les gens qui n'arrivent pas à augmenter leur revenus. Je les aide à améliorer la gestion de leurs finances personnelles et je leur apporte les outils pour gagner plus d'argent. Le but étant d'avoir une meilleure vie et de mettre sa famille à l'abris des problèmes financiers!

Comment utiliser les techniques des Cost-Killers?

Comment utiliser les techniques des Cost-Killers?

Impression

Bonjour à toutes et à tous,

 

Il  y  a  peu,  je  vous  parlais  de  l’utilité des services achats dans les entreprises  pour diminuer les coûts et donc devenir plus rentable. Si vous n’avez  pas  encore  lu  cet  article  je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous :

 

https://optimiser-son-argent-pour-gagner-plus.com/comment-les-grandes-entreprises-arrivent-a-faire-des-economies/

D’autres   professionnels   existent   dont   le   métier  est  de chercher les meilleurs moyens pour réduire drastiquement  les coûts. Ils sont appelés Cost-Killers en français ce terme peut être traduit littéralement par chasseurs de coûts.

Nous allons voir dans cet article:

  1. Qui sont les cost-killers?
  2. Quelles sont leurs techniques pour réduire les coûts des entreprises?
  3. Et le plus intéressant, comment les reproduire à titre privé?

 

1) Qui sont les cost-killers?

Les cost-killers travaillent dans des cabinets de conseil en optimisation des coûts. Les cost-killers sont des personnes qui sont spécialisées dans différents domaines tels que la fiscalité, le juridique, la comptabilité, les achats et les spécialistes des bulletins de paies.

 

Ils sont mandatés par les entreprises qui cherchent à augmenter leur rentabilité (où alors contacter directement par les cabinets). L’engouement de ces cabinets n’est plus à démontrer puisqu’aujourd’hui ce secteur génèrent des millions de chiffre d’affaires annuel et de plus en plus de nouveaux cabinets arrivent sur le marché. Ce qu’il fait leur succès est que les entreprises n’ont rien à payer “d’avance”.  Elles ne paient que lorsqu’elles ont constatées réellement les économies.

 

La rémunération de ces cabinets est un pourcentage en fonction des économies réalisées, ce pourcentage est généralement compris entre 30 % et 50 %!

 

Si par exemple, les cost-killers arrivent à diminuer les dépenses de 100 000 € alors l’entreprise devra leur reverser entre 30 000 et 50 000 €.

 

 

2) Quelles sont leurs techniques pour réduire les coûts des entreprises?

Cost-killers

Après avoir reçu l’accord de l’entreprise, les cost-killers vont travailler à partir de documents. En général, ils font peu de déplacement dans les locaux des entreprises. Ils travaillent à distance.

Tous les coûts vont être passés à la loupe!

Voici leur plan d’action:

  1. Premièrement, ils vont faire un audit des pratiques existantes
  2. Après cet audit, ils vont tout de suite se rendre compte des points susceptibles de faire des économies. Ils vont ensuite faire des simulations pour voir si c’est intéressant à leur niveau. Par exemple, s’ils ont un mois de travail pour éplucher toutes les factures d’une année pour récupérer 3 000 € soit “seulement” 900 € pour le cabinet (s’ils facturent leur service à 30%). Ils ne seront pas intéressés à le faire. Par contre, si dans leur estimation ce n’est pas 3 000 € mais 30 000 €. Alors là, ils passent à l’étape 3, celle de la réalisation.
  3. Lors de cette étape de la réalisation, qui est l’étape du travail de fourmi puisqu’ils vont se plonger et éplucher tous les documents pour pouvoir faire un chiffrage réel des économies.
  4. Et enfin, la dernière étape est le chiffrage global des économies avec la synthèse qui sera envoyée à l’entreprise (qui aura bien sûr le choix d’appliquer ou non)

 

Leur opération dure en moyenne de trois semaines à six mois selon l’ampleur des missions. Bien souvent, ils s’appuient sur des textes de lois, des jurisprudences que les entreprises ne connaissent pas ou pas bien pour trouver des pistes d’économies.

 

2.1) Premier exemple

Les entreprises lorsqu’elles emploient du personnel doivent s’acquitter d’une charge qui s’intitule “cotisation Accident du Travail”. Cette charge est un pourcentage appliqué sur le total des salaires brut. Pour les moyennes et grandes entreprises ce taux est individualisé. C’est à dire propre à chaque entreprise!

 

Ce taux est fonction du nombre d’accident du travail (AT) et de maladie professionnelle (MP) survenu dans l’entreprise. Les cost-killers se penchent sur chaque cas et en fonction de leur expérience montent des dossiers auprès de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) pour contester certains AT et MP. Le but final est de faire reconsidérer par la CPAM ces AT et MP en simple arrêt maladie “classique”. Puisque les arrêts maladies n’impactent pas ce taux.

 

En faisant cela, le taux applicable à l’entreprise diminue. Imaginez une entreprise dont la masse salariale annuelle brut est de 40 millions d’euros et que le taux diminue de 0,20 % l’économie réalisée sera de 80 000 €!

2.2) Deuxième exemple

Les frais bancaires. A titre individuel, vous avez déjà du constater que ces frais ne sont pas négligeables. Eh bien, pour les entreprises, les montants sont vraiment très important. Par conséquent, le potentiel de réduction des coûts bancaires est énorme. Par contre, d’une part elles n’imaginent même pas que ces frais peuvent être diminués et d’autre part elles ne savent pas comment les négocier. Surtout quand elles demandent fréquemment aux banques de leur prêter de l’argent.

 

C’est là, que les cost-killers peuvent apporter une réelle plus value puisqu’ils sont spécialisés pour accompagner les entreprises dans les renégociations. Les économies réalisées peuvent atteindre dans certains cas, plusieurs centaines de milliers d’euros!

Si vous voulez en savoir plus sur les missions des costs-killer et pour aller plus loin, vous pouvez lire cet article du site Cadreemploi.fr

https://www.cadremploi.fr/editorial/conseils/fiches-metiers/detail/article/cost-killer.html

 

3) Comment les reproduire à titre privé?

Maintenant, que vous avez vu l’utilité des cost-killers pour les entreprises. Il est temps d’utiliser les mêmes techniques pour votre portefeuille!

 

Voici le plan d’action qu’il faut appliquer:

 

3.1) Prenez vous le temps qu’il faut pour analyser toutes vos dépenses

Faites l’audit de votre situation. Notez toutes vos dépenses et sur plusieurs mois. Un conseil, pour aller vite et être certain de ne pas en oublier une. Allez sur le site internet de votre banque et allez consulter votre compte de dépôt. Il y aura un bouton quelque part où vous pouvez exporter les données sur Excel. Cliquez dessus puis travaillez sur Excel. La plupart du temps, vous pouvez récupérer jusqu’à 6 mois d’historique. 

 

Ce qui est largement suffisant pour faire l’audit!

 

A ce stade, vous devez connaître exactement vos dépenses et avoir déjà une petite idée de celles qui peuvent être diminuées.

 

 

3.2) Etape des simulations

Ayez la même logique que les cost-killers, c’est à dire pour chaque dépenses qui peuvent être diminuées. Faites des simulations sur les montants en jeu d’une part et d’autre part le temps et l’énergie qu’il vous faudra pour bénéficier réellement de ces économies.

 

Par exemple, s’il vous faut une semaine pour faire des devis, vous déplacer et faire des courriers et que le gain final n’est que de 50 € ça ne vaudra pas forcément le coup. Ce sera à vous de juger!

 

Généralement, les dépenses qui ont de fort potentiel d’économie sont:

  • Les crédits immobiliers
  • Les assurances
  • Les dépenses énergétiques
  • Les courses

 

3.3) Etape du passage à l’action

Maintenant que vous savez où vous pouvez faire des économies c’est à vous de jouer.

 

Les dépenses en doubles doivent être supprimées. Lorsque vous avez quelque chose à faire (des réparations, des travaux, pour des loisirs, …) faites jouer la concurrence et n’ayez jamais peur de négocier!

 

Je vous partage la petite histoire suivante pour vous aider à le faire:


Je me souviens d’un reportage à la télévision, sur les gens qui négocient tout et tout le temps. C’était un homme dans un magasin de bricolage qui achetait son matériel pour faire ses travaux. Mais au lieu de faire comme l’immense majorité des personnes qui se rendent aux caisses et paient directement leurs achats. Lui, il appela un vendeur et négocia pendant 2 heures avec lui. Au final, le vendeur épuisé par ce client lui fit une réduction de 30 % de ses achats.

En parlant autour de moi, je me suis rendu compte que les avis sur ce monsieur été très mauvais, j’ai entendu des réflexions telles que:

  • C’est un chieur
  • Il a du temps à perdre
  • Il a que ça à faire

Ou alors:

  • Jamais j’oserais demander cela
  • J’ai trop peur du regard des autres

 

Alors qu’au final, concrètement il avait tout à fait raison de faire cela. Et les deux heures passées dans le magasin, furent plus que rentabilisées! La morale de cette histoire est qu’il faut prendre l’habitude de négocier!

 

Ayons en tête la célèbre citation: “Qui ne demande rien, n’a rien!”

 

Si vous avez trouvé cet article intéressant, je vous serai reconnaissant si vous pouviez le partager avec vos proches et sur les réseaux sociaux. Vos commentaires sont également les bienvenus.

 

A votre enrichissement

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Pierre Brunette

    Laisser un commentaire